Ce mal qui frappe les nations : Serbie, Afghanistan, Irak, Libye, Syrie…

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 
Share

 

 

Introduction : Ce discours de Monsieur Komnen BECIROVIC reste plus que jamais d'actualité. Les ravages de l'hydre du mensonge dont il fait part, persistent avec le projet qu'elle mijote encore contre la Syrie, à l'image des précédents stratagèmes machiavéliques déclenchés déjà par l'impérialisme pour piller et contrôler la Serbie, l'Afghanistan, l'Irak et la Libye. Face à ce fléau humanitaire, Monsieur BECIROVIC, appelle tous les hommes de conscience, de justice et de vérité à soutenir la Syrie, le grand et l'héroïque peuple syrien et le président Bachar Al-Assad et à s'opposer fermement contre ces prétendues guerres humanitaires !

UP-SYRIA News 

 

Allocution prononcée lors de la soirée consacrée à la Syrie, organisée par Investig'Action de Michel Collon et l'Union des Patriotes Syriens1, le 31 mars 2012 à Paris.

Komnen BECIROVIC :

Je suis heureux de vous voir venus si nombreux ce soir, preuve, s’il en faut, qu’il reste beaucoup de gens épris de vérité en ces temps d’imposture générale. Cela ne peut que dynamiser notre espoir pour persévérer sur le chemin de la vérité que nous poursuivons depuis de nombreuses années.

Oui, comme notre médiatrice vient de l’annoncer, je vous parlerai, en tant que Serbe, en toute connaissance de cause, mon peuple ayant été dans un passé récent victime du même mal qui risque de s’abattre aujourd’hui sur le peuple syrien.

Mais, je tiens d’abord à saluer Michel Collon, homme de conscience et de vérité, qui avec ses valeureux compagnons de lutte, dont Jean Bricmont et Bahar Kimyongür présents avec lui ce soir, mène un combat surhumain contre le fléau du mensonge qui, à l’instar du cancer détruisant le corps, contamine, pollue et détruit l’âme. En effet, Michel Collon aura été, depuis au moins un quart de siècle, sur tous les fronts où la vérité a été occultée et bafouée au profit du mensonge et de l’imposture précédant les actions criminelles de l’Otan en parfaite connivence avec celles de ses affidés sur place. Comme cela s’est précisément passé en Serbie en 1999, lors de la guerre du Kosovo, en Afghanistan en 2001, en Irak en 2003, en Libye en 2011, et comme cela se passe depuis un an en Syrie, bien que le pays, grâce à l’opposition de la Russie et de la Chine, ne soit pas encore mis à feu à sang par les bombes de l’Otan qui décidément s’érige, non pas en gendarme mais, pire encore, en bandit planétaire.

En fait, la stratégie du mal qui a frappé ces nations, a été élaborée et mise en application il y a treize ans sur nous autres Serbes, et elle consiste à créer les conditions du chaos dans le pays, en s’y adonnant à la subversion, en y enflammant les antagonismes ethniques et religieux du passé, en y soulevant une fraction de la population, en l’occurrence les Albanais, contre la majorité et contre le pouvoir central, en armant certains groupes et en les incitant aux actes terroristes les plus effroyables. Actes terroristes que les médias-mensonges en Occident exaltent comme autant d’exploits et leurs fauteurs comme autant de combattants de la liberté. En même temps, on diabolise les dirigeants nationaux, en les rendant responsables de la violation des droits de l’homme, de la répression, des atrocités, des massacres, de la catastrophe humanitaire. Et, lorsque la situation est portée à son paroxysme, on lance sur le pays les bombardiers de l’Otan sous prétexte d’arrêter ces maux, alors que l’on ne fait que les démultiplier à l’infini. 

En effet, les victimes, les morts et les blessés, se comptent par dizaines, voire par centaines de milliers, les refugiés par millions, comme en Irak; d’immenses biens matériels, sans épargner les monuments de civilisation, sont anéantis; les infrastructures détruites, l’économie abîmée, la nature polluée par l’usage des armes à l’uranium appauvri et d’autres matières toxiques; la paix et la cohabitation entre les communautés ethniques et religieuses, complètement bouleversées par les fanatismes enflammés qui font rage; les gouvernements légaux remplacés par des régimes fantoches, les dirigeants ayant courageusement résisté au fléau, tels Milosevic, Saddam, Kadhafi, martyrisés; les richesses et ressources en proie au pillage des vainqueurs qui s’abattent sur les nations meurtries en essaims de charognards.

Cependant, outre le besoin d’assouvir leur cupidité, notamment leur soif de pétrole, apparait également celui d’étancher leur soif du mal, fût-ce par leurs féaux interposés, comme on l’a vu à travers le ricanement et la délectation morbide de la classe médiatico-politique devant le spectacle effrayant de la mort atroce infligée à Kadhafi. Mais là, nous sommes face à un tel abîme qu’il faudrait sans doute le génie de Dante ou de Dostoïevsky pour en scruter les profondeurs.

En tout cas, la liste des maux causés par les guerres dites humanitaires de l’Otan, qui sont en réalité des entreprises barbares et inhumaines, est sans fin. L’exemple le plus tristement éloquent de ces ravages, effectués sous couvert des droits de l’homme et de la démocratie, de la protection de la population contre de prétendus massacres, est certainement celui de la Libye où les humanistes et les démocrates de l’Ouest ont réussi, en huit mois, à transformer en enfer un véritable éden créé pendant quarante ans en plein désert saharien. Au lieu du règne des droits de l’homme et de la démocratie tant claironnés, ce sont actuellement l’anarchie et les déchirements les plus cruels entre les diverses factions, qui y font rage.

Voici le sort qui, à Dieu ne plaise, attend la Syrie. C’est pourquoi, pour l’éviter, il faut, pendant que le président Bachar el-Assad continue avec son peuple de faire héroïquement face au fléau, mobiliser tous les hommes de conscience, de justice et de vérité pour dénoncer la conjuration actuelle contre le grand peuple syrien et pour le soutenir. 

Pour ma part, en tant qu’intellectuel serbe ayant depuis plus de vingt ans combattu l’hydre du mensonge, en parfaite solidarité avec Michel Collon, ce dont je suis fier, j’apporte mon soutien total, qui est également celui du peuple serbe, à nos frères syriens, avec le vœu qu’ils tiennent bon dans la présente épreuve et qu’ils en sortent victorieux.

 

1 En cours de constitution à l'époque.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires